skip to Main Content
Pollution Aux Particules Fines : Alerte Rouge Dans Plusieurs Départements

Pollution aux particules fines : alerte rouge dans plusieurs départements

Sable du Sahara, anticyclone et trafic routier sont à l’origine d’importants épisodes de pollution aux particules fines en Bretagne, en Normandie et dans les Hauts-de-France. Dans ces départements, la qualité de l’air est jugée « mauvaise à très mauvaise ». Nos conseils pour se protéger.

Alerte rouge en Bretagne, Normandie et les Hauts-de-France

Face à cette épisode de pollution aux particules fines, les préfectures du Finistère à la Seine-Maritime demandent aux automobilistes de réduire leur vitesse « de 20 km/h sur les 2×2 voies ».

Dans les Côtes-d’Armor, le « déclenchement d’une procédure d’alerte pour un épisode de pollution atmosphérique par particules fines PM10 » sur tout le département jusqu’à nouvel ordre. Même chose en Ille-et-Vilaine.

Tous les départements normands (Manche, Calvados, Orne, Eure et Seine Maritime) affichent des niveau élevé de particules fines PM10 dans l’air avec une alerte rouge : 8 sur une échelle de 10 soit une qualité de l’air de « mauvais », « très mauvais », selon Atmo Normandie. Cet épisode de particules provenant du Sahara est attendu sur toute la région pour aujourd’hui, mardi 23 avril 2019.

Dans le Nord, la qualité de l’air devrait être de médiocre à mauvaise en Hauts-de-France, en lien avec les concentrations de particules élevées depuis plusieurs jours selon Atmo Hauts-de-France.

9 personnes sur 10 dans le monde respirent un air pollué

Plus de 90% de la population mondiale respire un air ambiant pollué, a averti en mai 2018 l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Au cours des 6 dernières années, les niveaux de pollution de l’air ambiant sont restés élevés et plus ou moins stables, avec des concentrations en baisse dans certaines régions d’Europe et des Amériques », relevait l’OMS dans un communiqué. « 9 personnes sur 10 respirent de l’air contenant des niveaux élevés de polluants », pointait l’agence de l’ONU, un chiffre inchangé depuis la publication du dernier rapport de l’OMS à ce sujet il y a deux ans. « La pollution de l’air nous menace tous, mais ce sont les personnes les plus pauvres et les plus marginalisées qui portent le poids du fardeau », a déclaré le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, cité dans un communiqué.

Une étude parue  dans la revue European Heart Journal, dévoile que la pollution de l’air serait responsable de près de 800.000 morts par an en Europe et de 8,8 millions dans le monde. « Cela veut dire que la pollution de l’air fait plus de morts chaque année que le tabac, responsable de 7,2 millions de décès en 2015 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) », a affirmé l’un des auteurs, le professeur Thomas Münzel de l’université de Mayence (Allemagne). « On peut éviter de fumer, mais on ne peut pas éviter d’être soumis à un air pollué », a-t-il ajouté.

Comment limiter l’exposition à la pollution

Dans le cadre de ces alertes, des recommandations pour le grand public permettent de limiter l’exposition aux polluants.

POUR LA POPULATION GÉNÉRALE :

  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé ;
  • Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • Réduisez, voire reportez, les activités physiques et sportives intenses (qui obligent à respirer par la bouche), dont les compétitions.
  • Suspendez l’utilisation d’appareils de combustion de biomasse non performants ou groupes électrogènes, en particulier évitez l’utilisation, en chauffage d’agrément, des cheminées à foyers ouverts ou des poêles et inserts anciens ;
  • Reportez les travaux d’entretien ou de nettoyage effectués par la population ou les collectivités territoriales avec des outils non électriques (tondeuses, taille-haie…) ;
  • Maîtrisez la température de votre logement ou de votre lieu de travail ;
  • Évitez l’utilisation de la voiture en solo en recourant aux transports en commun et au covoiturage. Sauf pour les personnes vulnérables ou sensibles à la pollution, l’usage du vélo ou la marche à pied ne sont pas déconseillés ;
  • Les entreprises et administrations sont invitées à adapter les horaires de travail pour faciliter ces pratiques. Le recours au télétravail est également recommandé ;
  • Sur la route, adoptez une conduite souple et modérez votre vitesse.

Il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison…

Attention particulière pour les personnes plus fragiles

Une attention particulière doit être portée aux :

  • Personnes vulnérables : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes asthmatiques, personnes souffrant de cardiologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires,…
  • Personnes sensibles : personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics , par exemple les personnes diabétiques ou immunodéprimées, les personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risques cardiaques , respiratoires, infectieux

Pour ces deux catégories de personnes :

  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé ;
  • Privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • Prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant ;
  • Évitez les zones à fort trafic routier, aux périodes de pointe ;
  • Privilégiez les activités modérées.

Selon les prévisions de Prev’Air, la situation devrait s’améliorer progressivement, grâce aux vents et aux épisodes de pluie qui disperseront la pollution mercredi. Dès jeudi, l’air devrait redevenir plus sain et plus respirable.

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher