Monaco-PSG (1-2), : Paris bat monaco et prend le large

0

LIGUE 1 – Largement supérieur même s’il a dû se contenter d’une courte victoire (1-2), le PSG a frappé un grand coup à Monaco en prenant neuf points d’avance en tête du classement. L’équipe d’Unai Emery semble intouchable dans ce championnat. La résignation monégasque sur ce match en atteste. Notre antisèche.

Le jeu : Paris a une telle marge…

Le PSG n’a même pas eu à forcer. Il a imposé sa supériorité collective et technique dès le coup d’envoi et Monaco n’a jamais trouvé la solution pour la contrarier. Les Monégasques ont bien tenté de presser par séquences. Mais Paris a une telle maîtrise dans les sorties de balle et une telle vitesse dans le jeu de transition que l’équipe de Leonardo Jardim s’est rapidement résignée à subir la domination parisienne. Les deux buts sont venus concrétiser des temps forts du PSG qui a multiplié les occasions nettes et aurait dû s’imposer sur un score plus large avec plus d’efficacité. Il s’est fait peur sur la fin en concédant un but sur l’une des rares occasions de l’ASM. Et le résultat est plutôt flatteur pour Monaco tant ce PSG a encore montré dans le jeu l’étendue de sa marge sur la L1.

Les joueurs : Neymar dans tous les coups

Parfois les mauvais, mais surtout les bons. Dès sa première prise de balle, Neymar a montré qu’il était dans un bon soir. A l’origine de la plupart des occasions parisiennes, il a provoqué et transformé le penalty du break. Le Brésilien a été décisif, comme Edinson Cavani, encore buteur et auteur d’un travail colossal pour le collectif. Soirée plus contrastée pour Kylian Mbappé, qui a fait des différences mais aussi manqué d’adresse et de réussite. Quant à Julian Draxler, il s’est encore montré convaincant dans un milieu où Adrien Rabiot a été brillant. A Monaco, Danijel Subasic a maintenu son équipe dans le match tant bien que mal en signant quelques parades. Sevré de ballon, Radamel Falcao n’a, en revanche, jamais été en mesure de faire des différences en attaque.

Le facteur X : Le pari perdant de Jardim

C’était un aveu d’impuissance dès le départ. Mais il y avait de l’idée dans le coup tactique tenté par Leonardo Jardim, une défense à cinq pour contrarier la force de frappe offensive des Parisiens. Parce que Monaco avait gagné au Parc des Princes dans une configuration similaire il y a deux saisons (0-2). Surtout parce que cette ASM n’a pas les armes de la saison passée. Et que Paris en a bien davantage. Si l’entraîneur monégasque a tenté ce pari, c’est probablement parce qu’il savait son équipe inférieure au club de la capitale. La défaite ne valide pas son choix. Mais l’ASM ne l’aurait pas forcément évité dans son système habituel tant la supériorité parisienne était criante.

La stat : 152

Il n’en finit plus de marquer, Edinson Cavani. A Monaco, l’Uruguayen a signé sa 152e réalisation sous le maillot du PSG. Il n’est désormais plus qu’à quatre longueurs du record du club de la capitale, détenu par Zlatan Ibrahimovic avec ses 156 buts. A ce rythme, El Matador n’attendra même pas 2018 pour le faire tomber.

La question : Le PSG a-t-il déjà plié le championnat ?

Sur le papier, la Ligue 1 paraissait déjà pliée à la fin du mercato. Encore fallait-il que le PSG affiche la supériorité de son effectif sur le terrain. A Monaco, même si elle ne s’est finalement imposée que d’un but, l’équipe d’Unai Emery a affiché sa domination dans le jeu et marqué le coup au classement. Neuf points, c’est déjà un écart conséquent. Après seulement un gros tiers de la saison, il ne devrait cependant pas être considéré comme insurmontable. C’est pourtant l’impression que cela donne.

Ce n’est pas forcément l’écart comptable qui compte le plus. Plutôt celui du terrain. A force d’empiler les buts, de réaliser des performances éclatantes en Ligue 1 comme en Ligue des champions et d’enchaîner les victoires, le PSG a déjà mis un coup de massue à la concurrence. Si ce constat s’impose, c’est aussi parce que Monaco, le champion de France en titre, n’a pas renvoyé une autre image que celle d’une équipe soumise devant ce PSG. Comme si l’ASM lui avait déjà passé le pouvoir…

Source:   http://www.eurosport.fr/football/ligue-1/2017-2018/monaco-psg-1-2-l-antiseche-paris-est-deja-si-loin-devant_sto6424166/story.shtml.

Likez et partagez cet article sur Facebook!

Leave A Reply