skip to Main Content
L’Europe à La Recherche Du Suspense

L’Europe à la recherche du suspense

Avant d’entamer 2018, le PSG, Manchester City, le Barça et le Bayern semblent avoir déjà tué tout suspense dans leur championnat respectif, à la faveur d’un écart de points considérable. Seule la Serie A paraît irrésolue avant la deuxième partie de saison. Comment expliquer la fin du suspense en Europe ?

Mais le mal n’est pas seulement réservé à la Premier League. En France, en Allemagne et en Espagne, le PSG (9 points d’avance), le Bayern (11 points d’avance) et le Barça (9 points d’avance) se détachent largement à la trêve. Parmi les dits “cinq grands championnats”, seule l’Italie tient encore ses spectateurs en haleine : Naples n’y compte qu’un point d’avance sur la Juve. Les gros semblent avoir pris le pouvoir bien plus tôt que d’habitude sur les terrains européens. De quoi définitivement tuer le suspense en deuxième partie de saison ?

Superpuissances financières

Au total, les leaders cités ont dépensé cet été pas moins de 762 millions d’euros pendant le mercato. City mène la danse, avec 249 millions d’euros dépensés (selon le site Transfermarkt). Le PSG devance ensuite le Barça, avec respectivement 238 et 192,5 millions dépensés. Le Bayern, en comparaison beaucoup plus sage, ferme la marche avec 82,5 millions. Les chiffres, si vertigineux soient-ils, n’expliquent pas tout. Mais ils donnent une idée de l’écart qui existe entre ces leaders et les autres équipes, sauf exceptions – comme le Real ou Manchester United.

Au-delà des sommes gigantesques en jeu, les mastodontes des grands championnats ont su remettre les points sur les i pour écraser la concurrence. C’est le cas du PSG, notamment. Monaco est, avec 41 points à la trêve, dans ses standards de l’année passée. Mais Paris compte cette fois neuf points d’avance. Le Bayern a su profiter du retour de Jupp Heynckes pour se relever et prendre également neuf points d’avance, alors que City a enfin assimilé la méthode Guardiola et que le Barça est toujours invaincu sans pour autant être brillant. Les écarts comptables semblent logiques, tant les leaders dominent leur championnat respectif et chassent, pour certains, tous les records. Fait notable, le Barça et City sont même toujours invaincus à mi-saison.

Manque de concurrence ?

Une telle avance à mi-parcours ne peut malgré tout s’expliquer que par la faillite des poursuivants. En Allemagne, Dortmund semblait taillé pour concurrencer une nouvelle fois le Bayern. Las, les jaune et noir sont troisièmes, et se remettent seulement d’une série catastrophique ayant abouti au départ de Peter Bosz. En France, ni Monaco, ni Lyon, ni l’OM ne sont taillés pour faire de l’ombre au PSG. Le Real traverse, lui, sa plus mauvaise série sous Zidane en Liga, et pointe à 14 points du Barça après la déroute du Clasico (0-3). Quant à l’Angleterre, United et Chelsea sont à peine assez réguliers pour suivre le rythme infernal de City.

La situation est opposée en Italie. Après six ans de règne, la Juventus est enfin menacée par Naples. Un comble, dans le championnat qui, avec l’Allemagne, se jouait le plus tôt ces dernières années. Avec un point d’avance en tête, le Napoli pourrait bien être la seule surprise dans la deuxième partie de saison européenne. Avec le championnat portugais, lui aussi exceptionnellement serré cette année et où Porto, le Sporting et Benfica se tiennent en trois points.

Alors, marche-t-on vers la fin des surprises dans le football européen ? La tendance, cette saison, paraît au respect de la hiérarchie. Et les sacres de Leicester, voire même de Monaco l’année passée, semblent déjà bien loin. Les écarts de points sont déjà considérables, et paraissent avoir évacué tout suspense autre que l’ampleur des avances-records. En Angleterre, Manchester United avait remonté douze points de retard sur Newcastle en 1996-1997. Mais City s’est déjà envolé bien plus loin cette saison. Aux Red Devils, à Monaco, à Valence ou à Schalke de guetter les moindres faux pas des leaders. Pour, pourquoi pas, laisser un semblant de suspense à la saison 2017-2018.

Source : https://www.eurosport.fr/football/leurope-a-la-recherche-du-suspense_sto6455506/story.shtml

Likez et partagez cet article sur Facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher