skip to Main Content
« Je Suis Un Peu Esclave » : Ces Français Accros Au Téléphone Portable

« Je suis un peu esclave » : ces Français accros au téléphone portable

Le 6 février, date de la journée mondiale sans téléphone portable, difficile de trouver des Parisiens sans leur mobile à la main. « Les gens sont devenus tellement accros qu’ils ne regardent plus si des gens arrivent en face d’eux, s’il y a un trou dans le sol », se désole Michel.

« Je trouve que c’est dangereux », dit-il avant d’expliquer qu’il vient d’en racheter un nouveau pour remplacer son téléphone tombé en panne. « Je suis un peu esclave… », reconnaît Michel. « Pendant la période du bac, mon téléphone m’a lâchée, j’étais au bout de ma vie », affirme Binta, qui estime passer plus de cinq heures par jour à scruter son téléphone.

Vivre sans ce petit écran ? L’avis de Luzia, mère de famille, tient en un mot : « Inenvisageable ».

Si ce n’est pas les enfants, c’est le travail qui empêche bien souvent de couper son téléphone. Yohan le regrette, mais impossible de déconnecter. « Aujourd’hui, ce sera sans moi, malheureusement. Je fais plein d’autres journées sans plein de choses… mais pas le portable ! » Pas de portable se dit « no mobile phone » en anglais, ce qui a fait naître le terme récent de « nomophobie », qui désigne la peur excessive d’être privé de téléphone.

Trois Français sur quatre (âgés de plus de 12 ans) sont équipés d’un smartphone, selon le Baromètre du numérique 2018.

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher