skip to Main Content
Infarctus : 4 Gestes Qui Peuvent Sauver La Vie.

Infarctus : 4 gestes qui peuvent sauver la vie.

Egalement appelé crise cardiaque dans le langage courant, l’infarctus du myocarde peut provoquer un décès, mais aussi générer des complications à long terme. Voici ce qu’il faut faire si on en est victime (ou témoin) afin de s’en sortir avec le moins de séquelles.

1. Reconnaître rapidement un infarctus

En premier lieu, les personnes présentes (comme les victimes) doivent reconnaître les signes de l’infarctus pour agir rapidement. A ne pas confondre avec un arrêt cardiaque, qui consiste en un arrêt brutal et inopiné du fonctionnement du cœur, l’infarctus du myocarde est la nécrose d’une partie du muscle cardiaque. Dans ce cas, le cœur n’est alors plus irrigué par les artères coronaires lui apportant normalement l’oxygène véhiculé par le sang.

Le symptôme principal d’un infarctus est une douleur thoracique importante, qui se prolonge dans le temps et peut irradier vers la gorge, les mâchoires, l’épaule ou les bras. Il peut s’y associer une fatigue intense, des sueurs, une pâleur, un essoufflement, des palpitations, un malaise, une sensation de mort imminente, ou encore des nausées et vomissements.

Attention toutefois, car l’infarctus peut aussi survenir sans douleur ou avec des symptômes atypiques, notamment chez la femme. Il peut alors se manifester par un malaise, un essoufflement soudain, une fatigue inexpliquée ou des sensations inhabituelles dans le bras gauche.

« L’infarctus du myocarde est une urgence médicale. Les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie précisent que le délai entre le premier contact médical [l’appel du 15] et le diagnostic [réalisation de l’électrocardiogramme-ECG] doit être inférieur à 10 minutes », rappelle Dr Stéphane Boulé, cardiologue et membre de la Fédération Française de Cardiologie.

2. Appeler le 15

La première chose à faire est d’appeler le SAMU (en composant le 15) pour éviter une des complications létales de l’infarctus, comme l’arrêt cardiaque, mais aussi pour préserver le plus de muscle du cœur et ainsi éviter l’insuffisance cardiaque.

En ligne avec le SAMU, il faut donner toutes les informations nécessaires pour localiser la victime le plus rapidement possible afin que les secours se rendent auprès d’elle dans les plus brefs délais. Il faut aussi décrire précisément la situation afin que l’interlocuteur puisse aider la victime ou le témoin jusqu’à l’arrivée des secours.

Lorsque l’équipe médicale arrive, elle débutera le traitement sur place et procédera ensuite à l’hospitalisation du patient, en Unité de Soins Intensifs de Cardiologie.

3. Garder son calme

Si la personne touchée est seule, elle doit appeler le 15 « puis rester au repos en attendant l’arrivée de l’équipe médicale », préconise le Dr Boulé.

Si des témoins sont présents, « ils peuvent recueillir l’âge de la victime, ses antécédents, ses traitements médicamenteux, l’heure de début des symptômes ». En attendant l’arrivée du SAMU, « ils peuvent aussi s’enquérir de la présence d’un défibrillateur automatique externe et le ramener auprès de la victime pour pratiquer une défibrillation dans l’hypothèse d’un arrêt cardiaque avant l’arrivée du SAMU ».

En effet, s’ils doivent garder leur calme, les témoins doivent rester avec la victime, notamment pour utiliser le défibrillateur (simple d’utilisation) en cas d’arrêt cardiaque.

4. Les erreurs à ne surtout pas faire

Il est important de connaître les signes d’un infarctus pour pratiquer les gestes qui sauveront des vies. Et ne pas se dire que c’est passager, ou pas grave, en pensant qu’il suffira de consulter son médecin plus tard. C’est un réflexe dangereux qui peut provoquer le décès de la personne, ainsi que des complications à long terme si la personne survit.

Par ailleurs, en cas de symptômes évocateurs, il est déconseillé d’aller voir son médecin ou de se rendre aux urgences : l’appel du SAMU est recommandé. Cela permet de procéder « à une défibrillation en cas de survenue d’une fibrillation ventriculaire » et aussi raccourcir le délai de prise en charge pour « désocclure l’artère coronaire impliquée le plus rapidement possible ».

Enfin, après un infarctus, il est également recommandé de modifier ses habitudes de vie et de suivre son traitement médicamenteux pour en éviter un nouveau.

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher