ÉTUDE DE CHOC: 10% des Canadiennes qui reçoivent des vaccins contre le VPH sont envoyées aux salles d’urgence … les scientifiques déclarent que le taux de vaccination est faible

0

Une nouvelle étude scientifique choquante financée par le ministère de la Santé de l’Alberta a révélé que près de 10% des femmes canadiennes se retrouvent à l’urgence suite à des vaccinations contre le VPH (virus du papillome humain).

L’étude s’intitule Effets indésirables survenus après la vaccination contre le VPH, Alberta 2006-2014 et a été publiée dans la revue scientifique VACCINE.

Un fait choquant de plus sur les conséquences de la vaccination :

Cet aveu choquant dévoile une vérité très troublante sur les vaccins administrés aux enfants et aux adolescents: les vaccinations sont bien connues pour provoquer des hospitalisations et des effets indésirables chez ceux qui les reçoivent.

Dans l’étude, dirigée par Xianfang C. Liu et ses collègues, 195 270 femmes ont reçu une ou plusieurs injections de vaccin anti-VPH et ont été suivies pendant 42 jours.

Comme l’indique clairement l’étude dans ses résultats, «Parmi les femmes qui ont reçu le vaccin contre le VPH, 958 ont été hospitalisées et 19 351 ont eu un [service d’urgence]dans les 42 jours qui ont suivi la vaccination».

C’est 9,9% des femmes recevant les injections. Non seulement 19 351 personnes ont été envoyées aux urgences, mais 958 d’entre elles ont été hospitalisées, ce qui signifie qu’elles ont dû passer la nuit à l’hôpital pour soigner un problème grave. Cela représente environ 1 personne sur 200 recevant l’injection du vaccin.

Alors, la question qu’on se pose c’est comment les vaccins qui sont censés nous protéger contres les problèmes de santé se retrouvent souvent en être la cause ? Une question qui reste sans réponse depuis un certain temps !

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

Leave A Reply