skip to Main Content
Des Députés Se Font Dépister Au Glyphosate Pour Demander Son Interdiction

Des députés se font dépister au glyphosate pour demander son interdiction

Une dizaine de députés ont participé mardi à une campagne de «dépistage» qui cherche à démontrer la présence de glyphosate dans l’ensemble de la population française. Le lendemain, la France insoumise a déposé une proposition de loi pour demander l’interdiction de cet herbicide.

La campagne menée contre le glyphosate trouve des relais parmi plusieurs députés, dont certains de la majorité LREM ou de la France insoumise. Une dizaine d’entre eux a répondu mardi, près du canal de l’Ourcq, à Paris, à l’appel de l’association «Campagne glyphosate» en se soumettant à un «dépistage» pour détecter des traces de ce pesticides dans leur organisme. Une opération qui vise à dénoncer la présence de glyphosate dans l’ensemble de la population française, rapporte France inter.

Proposition de loi

Parmi ces députés, on retrouve l’ex-ministre de l’Écologie et présidente de Génération écologie, Delphine Batho, qui se soumet pour la seconde fois à ce type d’analyse. «En 2017, le résultat était franchement catastrophique», a-t-elle expliqué au micro de France inter. «Dans les semaines d’avant, j’avais mangé beaucoup à l’extérieur donc j’avais peu mangé chez moi, peu mangé bio.» Les résultats de ces tests seront connus dans dix jours.

Dans la foulée, une plainte a été déposée contre l’État par ces mêmes députés pour «mise en danger de la vie d’autrui». Un recours qui s’ajoute à celui déposé mercredi par une cinquantaine de Lillois qui ont attaqué l’État pour le même motif, après avoir trouvé des traces de glyphosate dans leurs urines à l’issue d’analyses menées par la même association, «Campagne glyphosate».

Celle-ci mène une offensive nationale pour demander l’interdiction de l’usage de cet herbicide dans l’agriculture française.

Les premières plaintes ont été déposées en juin à Foix (Ariège), et transmises au pôle Santé publique du TGI de Paris. D’autres plaintes ont aussi été déposées à Rennes en novembre et à Toulouse en février. «C’est une façon, pour beaucoup de citoyens, par cette stratégie de harcèlement judiciaire, d’obliger les pouvoirs publics à agir et à protéger la santé, celle des agriculteurs mais aussi celle de toute la population», a expliqué Delphine Batho sur France inter.

Profitant de sa «niche parlementaire» de ce jeudi, le groupe de la France insoumise a déposé une proposition de loi pour demander l’interdiction immédiate de cet herbicide.

Le caractère cancérogène du glyphosate fait l’objet d’un âpre débat depuis plusieurs années. Ce désherbant «à large spectre» a été classé comme «cancérogène probable» en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dépendant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais en novembre 2015, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) estimait «improbable» qu’il présente un danger cancérogène pour l’homme, et l’Agence européenne des produits chimiques (Echa) est allée dans le même sens en 2017.

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher