skip to Main Content
Cinq Questions Sur Le Clitoris Que Tout Le Monde Devrait Savoir

Cinq questions sur le clitoris que tout le monde devrait savoir

Auréolé de mystère, le clitoris est l’objet de tous les fantasmes et de toutes les jouissances. La preuve, il ne sert qu’au plaisir ! Plongée en territoire presque inconnu, avec cinq questions…

1. Toutes les femmes ont-elles un clitoris ?

Oui, absolument, sauf en cas de malformation comme un micro-clitoris. Mais les femmes ne voient pas forcément leur clitoris car la taille du gland, la partie visible, peut varier de quelques millimètres à un centimètre, parfois plus. Par ailleurs, il ne pend pas, à l’inverse du pénis mais comme lui, il est recouvert d’un capuchon.

D’après le Dr Jacquemin Le Vern, gynécologue et sexologue, il y a encore une gêne à parler du clitoris. Les femmes n’osent pas forcément utiliser ce mot, les hommes non plus. Dans la littérature, on peut tout lire sur le pénis, encore peu sur le clitoris… Heureusement, de plus en plus d’articles et de livres, y compris certains manuels scolaires  abordent le sujet depuis 2017. Enfin !

2. Le clitoris n’a-t-il qu’une partie visible ?

Non, pas seulement. Le clitoris peut être comparé au pénis sur certains points. La partie visible est composée du gland, recouvert d’un prépuce ; elle devient plus grosse quand le clitoris est en érection (avec l’excitation sexuelle). À l’intérieur, le corps du clitoris est composé par l’union des deux corps caverneux, ou piliers, qui se rejoignent et s’amarrent au niveau du pubis. Ils se gorgent de sang lors de l’excitation.

Autre élément du clitoris : le bulbe qui s’accroche au niveau de la paroi antérieure du vagin et qui correspond au corps spongieux du pénis. Il pourrait d’ailleurs correspondre au point G, une zone qui peut être le point de départ de l’orgasme.

3. Quelle est la taille du clitoris ?

La partie externe, le gland, mesure de quatre à cinq millimètres, à un centimètre (0,6 cm en moyenne). Le corps, où les corps caverneux se rejoignent, mesure 2,5 cm. Quant au bulbe, il est long d’environ 3,5 cm.

4. À quoi sert le clitoris ?

Uniquement au plaisir, c’est ça qui est génial pour les femmes ! Cela aurait de quoi rendre fou de jalousie les hommes. C’est d’ailleurs la grande différence avec ces messieurs : la fonction du plaisir est distincte de sa fonction de procréation chez les femmes.

Le clitoris est beaucoup plus innervé que le pénis, et que le vagin. C’est donc une zone érogène très réactive, à stimuler durant les préliminaires et pendant la pénétration. Quand il est caressé, la femme est plus excitée, ce qui favorise la lubrification et donne du plaisir même quand il n’y a pas d’orgasme.

D’après le Dr Odile Buisson, auteur de travaux sur le clitoris durant la pénétration, le pénis stimule, à travers la paroi antérieure du vagin, les corps caverneux du clitoris, qui se rapprochent du vagin. Le pénis écrase également les bulbes qui entourent le vagin. La double arche du clitoris est donc stimulée par la pénétration, ce qui explique les sensations de plaisir.

Pour en savoir plus : Orgasme féminin, le rôle phare du clitoris

5. L’orgasme clitoridien est-il moins intense que l’orgasme vaginal ?

Non, non et non ! On paie les conséquences des théories de Freud : il a créé un mythe selon lequel l’orgasme clitoridien serait infantile, immature alors que l’orgasme vaginal serait plus fort. Or le point de départ serait toujours clitoridien, même pendant une pénétration puisque c’est soit avec la stimulation de la partie visible avec certaines positions, soit de la partie interne, avec les piliers qui se rejoignent sur la face antérieure du vagin. Certaines adorent le côté explosif de l’orgasme obtenu par stimulation du clitoridis tandis que d’autres trouvent le plaisir obtenu durant la pénétration plus intense du fait de l’union avec l’homme, de la profondeur de l’orgasme… Tout dépend des femmes, des partenaires, de l’abandon, de ce qui est projeté dans le couple, etc.

L’orgasme à point de départ vaginal

D’après le Dr Faix, urologue sexologue, responsable du Comité d’andrologie et de médecine sexuelle de l’Association Française d’Urologie, le vagin est certes moins innervé que le clitoris mais il existe une sensibilité profonde avec des récepteurs sensitifs et de nombreux neuromédiateurs dans la paroi du vagin. Ce qui permet d’activer les sensations d’orgasme au niveau du cerveau (en passant par la moelle épinière et le nerf vague), avec également des contractions des muscles du plancher pelvien et du périnée… La femme aurait donc à sa disposition un dictionnaire sensoriel potentiel avec des stimulations profondes, du vagin éventuellement par la stimulation et la mobilisation du col de l’utérus, en plus des sensations vaginales provoquées par le voisinage de la partie cachée du clitoris et des glandes péri-urétrales.

Et les hommes dans tout ça ?

Les hommes se disent parfois que s’il n’y a pas de plaisir durant la pénétration, c’est qu’ils ne savent pas donner du plaisir avec leur pénis. Or c’est faux, il y a beaucoup de femmes pour qui la pénétration est décevante tout simplement parce que le vagin n’est pas innervé, pas du fait d’un manque de compétences de leur amant ! Si celui-ci apprend à caresser le clitoris de sa partenaire, il majorera son plaisir durant la pénétration (et en dehors)…

En conclusion, il n’y a pas d’orgasme mieux qu’un autre ! L’idéal est d’avoir assez de préliminaires et que la pénétration soit suffisamment longue pour que la femme ressente du plaisir. Mais le point de départ est la stimulation du clitoris, même pour avoir un orgasme au cours de la pénétration.

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher