skip to Main Content
Bronchiolite : L’épidémie Se Propage Sur Toute La France

Bronchiolite : l’épidémie se propage sur toute la France

La bronchiolite, infection respiratoire saisonnière qui affecte les nourrissons de moins de deux ans, progresse rapidement sur tout le territoire national. L’ensemble du territoire est touché par l’épidémie ou en passe de l’être.

Bronchiolite : L’épidémie présente dans 7 régions

Plus de 400 000 bébés sont touchés chaque année par la bronchiolite, soit près d’un bébé sur trois. Selon le dernier bulletin de Santé Publique France, une forte hausse des indicateurs épidémiologiques est notée au niveau national. Déjà présente en Pays de la Loire, dans les Hauts-de-France et en Ile-Frace, , l’épidémie fait déjà désormais rage en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Normandie et Provence-Alpes-Côte d’azur. En Bourgogne-Franche-Comté, Corse, GrandEst et Centre-Val-de-Loire, on parle de phase pré-épidémique.

bronchiolite-infection-respiratoires-bebe-nourrisson-epidemie-france-enfant-departements-loire-ile-hauts-voies-inferieurs-medicaments-hivernales--pharynx-infos-maintenant-net-cartes-urgences-regions-francaises

Le nombre de passages aux urgences a augmenté de 63 % par rapport à la semaine précédente. Parmi les 3 575 patients vus aux urgences pour bronchiolite, 1 172 (33%) ont été hospitalisés.

Pour prévenir et traiter au mieux cette infection des tout-petits, Doctissimo vous donne les conseils essentiels.

Bronchiolite : impressionnante mais le plus souvent bénigne

La bronchiolite (broncho-alvéolite) est une infection aiguë des voies respiratoires inférieures basses (plus exactement, des bronchioles) chez l’enfant de moins de 2 ans. Cette maladie touche surtout le nourrisson de moins de 6 mois. Certains enfants présentent des récidives fréquentes.

L’origine est virale dans la plupart des cas (virus respiratoire syncitial). Très contagieuse, elle donne lui à des épidémies en automne-hiver. Les bronchiolites sont devenues depuis quelques années un problème de santé publique et de plus en plus de nourrissons sont hospitalisés pour détresse respiratoire grave secondaire à ces infections pulmonaires virales. Principale cause des admissions à l’hôpital durant les périodes hivernales, la bronchiolite entraîne des problèmes de logistique (isolement, risque d’infections nosocomiales) et induit des difficultés d’accueil et des dépenses supplémentaires (infirmières, matériel médical, médicaments).

Si la maladie semble impressionnante, le traitement est le plus souvent symptomatique et repose sur le dégagement du nez et du pharynx (désobstruction rhinopharyngée) à l’aide de sérum physiologique, l’hydratation, la préservation de la quantité d’alimentation en fractionnant les doses, l’oxygénothérapie (si nécessaire) et la kinésithérapie respiratoire en cas d’encombrement important.

Les bons gestes pour prévenir la bronchiolite

Dans plus de sept cas sur 10, la bronchiolite de l’enfant est due au virus respiratoire syncitial (VRS). Le virus se transmet par la salive, les éternuements, la toux, et par les mains d’où l’importance d’adopter les bons gestes et des mesures d’hygiène (lavage des mains, aération quotidienne de la chambre, nettoyage des tétines, jeux et autres doudous) pour limiter la propagation.

  1. Lavez-vous régulièrement les mains à l’eau et au savon pendant au moins 30 secondes.
  2. Aérez la chambre de votre enfant au moins 15 minutes quotidiennement et maintenez la température à 19° en humidifiant légèrement la pièce s’il commence à être enrhumé ou tousse.
  3. Veillez à ne pas échanger biberons, sucettes ou tétines et jouets non nettoyés entre les enfants.
  4. Évitez tout contact avec une personne enrhumée et portez un masque si vous êtes grippé.
  5. Évitez d’emmener votre bébé dans les transports en commun, les centres commerciaux ou lieux publics peuplés en hiver.
  6. N’exposez pas votre enfant à un environnement enfumé.

La prise en charge de la bronchiolite repose principalement sur la kinésithérapie respiratoire (même si l’efficacité de cette dernière reste débattue) qui permet d’évacuer les sécrétions de l’enfant et les antibiotiques qui ne sont pas indiqués dans un premier temps (la bronchiolite est d’origine virale). L’antibiothérapie peut être envisagée dans un deuxième temps en cas de surinfection. Il est important d’assurer une bonne hydratation des nourrissons pour faciliter la fluidité des sécrétions. Quoiqu’il en soit, l’état respiratoire des enfants doit être surveillé : toute aggravation nécessite une consultation, voire une hospitalisation.

Source

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher