skip to Main Content
Abus Sexuels : Les Conséquences Chroniques Sur La Santé

Abus sexuels : les conséquences chroniques sur la santé

L’association « Stop aux violences sexuelles » a voulu mieux appréhender les conséquences des agressions sexuelles sur la santé des victimes. Une étude conduite en ligne auprès de 188 personnes met à jour les conséquences médicales chroniques des victimes : dépression, troubles du sommeil, tentative de suicide, maladies gynécologiques mais aussi allergies, douleurs chroniques ou troubles ORL.

Quelles sont les conséquences médicales chroniques des violences sexuelles ? Pour répondre en partie à cette question délicate, le département médical de l’association « Stop aux Violences sexuelles » a demandé à 188 personnes (170 femmes et 18 hommes âgés de 5 à 77 ans) de participer à une étude analysant leur parcours de santé et la nature des crimes vécus. Toutes ces informations ont été recueillies via un questionnaire en ligne anonyme, validé par la Commission nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL).

Les données collectées ont permis de croiser les critères socio-professionnels, la typologie des violences sexuelles (type d’agressions, durée, fréquence), l’âge de la personne victime, le nombre d’agresseurs, les impacts physiques, la date d’évocation des faits… avec les événements médicaux et chirurgicaux, ainsi qu’un nombre d’autres paramètres de santé publique comme le tabagisme, la consommation d’alcool ou de drogues.

Selon les résultats de cette étude, il apparaît que :

  • Dans 83% des réponses, les patients ont mentionné de multiples violences sexuelles avec une première agression pendant l’enfance et/ou l’adolescence.
  • Les violences sexuelles subies par les femmes ont été de plus longue durée que celles faites aux hommes. Avec une moyenne de 9,2 années pour les femmes contre 3,8 années pour les hommes ;
  • Les pathologies médicales les plus fréquentes : allergies, douleurs chroniques, maladies de peau, maladies gynécologiques chez la femme, (et de manière plus surprenante) pathologies ORL, dépression, troubles du sommeil et tentatives de suicide ;
  • Ces troubles varient en fonction de la gravité des violences sexuelles (viol, fréquence des événements, nombre d’agresseurs…). Cette étude montre également que plus un enfant est touché tôt par la violence sexuelle dans sa vie, plus il sera à risque d’être exposé à une amnésie traumatique.

Ces données françaises confirment celles d’autres pays, même si elles mettent en évidence pour la première fois des liens entre agressions sexuelles et troubles ORL et soulignent que l’amnésie traumatique est d’autant plus fréquente que les crimes ont eu lieu à un âge précoce.

Source: http://www.doctissimo.fr/sexualite/news/abus-sexuels-consequences

Likez et partagez cet article sur Facebook!

newsnow

La vérité est très souvent différente de ce que nous pensons, nous avons besoin d'un bon paquet d'humilité pour au moins le reconnaître...

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top
×Close search
Rechercher